cycle — fantastique


lisières
récit(s) d'une inquiétude




PROJET EN COURS, POUR 7 COMÉDIEN.NES


Écriture : Jérémie Scheidler avec l'ensemble de l'équipe artistique
Interprétation :
Marie Charlotte Biais
Bénédicte Cerutti
Boutaïna El Fekkak
Criss Niangouna
Elios Noël
Carles Romero Vidal
Jeanne Videau


Dramaturgie : Arnaud Maïsetti
Collaboration artistique : Margaux Eskenazi
Lumières : Jean-Gabriel Valot
Musique : Jean-Kristoff Camps
Espace/Costumes : Magali Murbach
Vidéo : Jérémie Scheidler
Administration/Diffusion : Florence Verney


PARTENAIRES :
--- Le Théâtre de Vanves
--- Le théâtre Antoine Vitez (Aix-en-Provence)


CRÉATION ENVISAGÉE ENTRE L'AUTOMNE 2019 ET LE DÉBUT D'ANNÉE 2020


Etre en lisière de la forêt, c’est être toujours sur le point
d’y entrer ou d’en sortir, jamais complètement dedans, jamais tout à fait dehors.
La lisière est ce lieu intermédiaire, où gît toujours quelque secret,
à l’ombre d’un rite de passage, d’un adieu déchirant, ou d’un retour à la vie.






LISIÈRE, subst.fém.


A. ? Chacune des deux bordures d'une pièce d'étoffe, tissées parfois dans une autre armure
que l'étoffe elle-même, parfois à chaîne doublée.


B. ? P. anal. et au fig.
1. P. anal.
a) Bordure, partie extrême d'un terrain, d'une région, d'un élément du paysage, en particulier, d'une forêt; limite, frontière.
b) P. méton. Végétation qui pousse sur le bord d'un terrain, qui forme une bordure ou une bande étroite.


2. Au fig. et littér. Ce qui est à la limite (de quelque chose).


C. — Écologie. Limite entre deux milieux, dont l'un est généralement forestier, la lisière présente des conditions microclimatiques et écologiques particulières et parfois des micro-habitats spécifiques, favorables ou au contraire défavorables aux espèces des milieux adjacents. Sauf quand elle est artificiellement stabilisée par l'homme, une lisière évolue spontanément dans le temps et dans l’espace.


Principe d'écotone. En nombre d'espèces, la lisière est souvent plus riche que chaque milieu pris séparément.



Le silence éternel de ces espaces infinis m'effraie.

Pensées, Blaise Pascal




-----------------------